Epita:Algo:Cours:Info-Sup:Types abstraits

De EPITACoursAlgo.

Sommaire

Déclarations

Nous définirons Un type abstrait à l'aide d'une signature et d'un ensemble d'axiomes.

Signature

La signature d'un type abstrait est composée des types et des opérations. Les types permettent de préciser à l'aide de plusieurs noms d'ensembles de valeurs (entier, arbrebinaire, etc.) le ou les type(s) que nous voulons définir. Par Exemple:

pile, liste, entier, graphe, arbre234

Les opérations, quand à elles, nomment les propriétés propres au(x) type(s) que l'on veut définir. Elles sont caractérisées par un identifiant(nom) et par la déclaration formelle (profil) de leurs arguments ainsi que du type de leur résultat. La déclaration des arguments se fait par le biais de leur type, ainsi:

insérer : liste x entier x élément \rightarrow liste 

déclare l'opération qui consiste à insérer un élément à la i ème place (définie dans ce cas par un entier) d'une liste et qui renvoie une liste.

Dans les algorithmes, nous utiliserons les opérations comme des fonctions, c'est à dire: l'identifiant accompagné entre parenthèses des arguments effectifs correspondants à ceux définis formellement. Par exemple, si nous voulons utiliser l'opération insérer précédente, en prenant des variables l, i et e de types respectifs liste, entier et élément, nous aurions :

insérer(l,i,e)

Pour les identifiants des opérations, tous les caractères et autres glyphes sont possibles exceptions faites de l'espace, des parenthèses ouvrantes, fermantes et du caractère de soulignement _ qui servent respectivement de séparateurs, à forcer les priorités de certaines opérations ou à positionner les arguments de l'opération. Les exemples suivants sont valides:

opérations
factorielle : entier \rightarrow entier puissance : entier x entier \rightarrow entier discriminent : entier x entier x entier \rightarrow entier
ou bien
_! : entier \rightarrow entier _^_ : entier x entier \rightarrow entier Δ : entier x entier x entier \rightarrow entier

Notons, sur l'exemple précédent, que pour éviter une surcharge de parenthèses et lorsque l'on se réfère à des opérations classiques, comme la factorielle ou la puissance, le nom de l'opération peut en même temps donner la place des arguments à l'aide du caractère de soulignement (_), comme dans _! et _^_. Dans ce cas, les paramètres effectifs viennent directement remplacer les caractères de soulignement (dans l'ordre de rencontre). De la même manière on constate que l'on peut utiliser Δ à la place de discriminent. Ces opérations peuvent alors être utilisées comme ceci:

x!		
x^y!	  (Arf!)
(x^y)!   (re-Arf!)
Δ(x,y,z)

Remarque: notez l'utilisation des parenthèses pour lever une éventuelle ambiguïté.

Une opération dont le profil ne demande pas d'argument est une constante, par exemple:

   0 : \rightarrow entier
Faux : \rightarrow booléen
  pi : \rightarrow réel

Pour finir sur la signature, voici devant vos yeux ébahis un exemple complet, celle du type Booléen:

types
booléen
opérations
vrai : \rightarrow booléen faux : \rightarrow booléen non : booléen \rightarrow booléen et : booléen x booléen \rightarrow booléen ou : booléen x booléen \rightarrow booléen

Hiérarchie des types abstraits

Nous avons la possibilité pour définir un type abstrait de réutiliser ceux précédemment définis. En effet, si un type possède des opérations manipulant des entiers, il est préférable de ne pas devoir redéfinir le type entier. Un certain nombre de types de base sont considérés comme définis, parmi eux nous trouvons les types entier, réel, booléen, etc.

Pour définir un type vecteur, par exemple, nous allons devoir réutiliser les types entier et élément. Les données représentées par le type élément peuvent être n'importe quoi, des nombres, des vêtements, des roues de voiture (et pourquoi pas des roues de voiture? C'est sympa les roues de voiture) et le type entier représentera... Et bien, les entiers (incroyable!). Se profile alors une hiérarchie de ces différents types, celui ou ceux que nous sommes en train de définir et celui ou ceux qui le sont déjà, ceux que nous allons donc réutiliser.

types
vecteur
utilise
entier, élément
opérations
modifième : vecteur x entier x élément \rightarrow vecteur ième : vecteur x entier \rightarrow élément borneinf : vecteur \rightarrow entier bornesup : vecteur \rightarrow entier

Dans ce cas, la signature du type vecteur est l'union des signatures des types entier et élément à laquelle viennent s'ajouter les nouvelles opérations qui caractérisent le type vecteur. Nous pourrons donc utiliser des opérations déjà définies sur les types utilisés comme, par exemple, l'addition sur les entiers. Ce qui pour l'opération ième (pour ne citer que celle-là) permettra d'utiliser en 2 ème argument la somme de deux entiers, par exemple:

ième(v,i+2)		

Cette hiérarchie nous permet de dire qu'un type est:

  • défini s'il est nouveau ("en conception", précisé dans types),
  • prédéfini s'il existe déjà ("déjà conçu" et précisé dans utilise).


De même, nous dirons qu'une opération est:

  • une opération interne si elle renvoie un résultat de type défini,
  • un observateur si elle possède au moins un argument de type défini et si elle renvoie un résultat de type prédéfini.


Nous pourrions les définir autrement et dire qu'en fait les opérations internes sont celles-ci qui modifient l'état de la donnée elle-même, alors que les observateurs se contentent, comme leur nom l'indique, d'observer et de renvoyer une valeur se trouvant là où on leur demande de regarder.

Dans l'exemple précédent, vecteur est un type défini, entier et élément sont des types prédéfinis ce qui fait de modifième une opération interne et de ième, borneinf et bornesup des observateurs.

Propriétés d'un type abstrait

L'idée est de donner un sens aux noms de la signature. C'est à dire que lorsque l'on évoquera un type de donnée, on mesurera immédiatement toutes ses possibilités et ses limites (Si je dis pile, je sais que je ne peux pas faire le café avec). Dans ce cas, et si l'on veut se détacher de toute contingence matérielle, on énonce les propriétés des opérations sous forme d'axiomes. Ce que l'on appelle plus communément une définition algébrique.

Le problème est de définir ce que font les opérations internes, pour le savoir il suffit de leur appliquer leurs propres observateurs. Les valeurs obtenues par ces derniers nous permettront de comprendre ce que fait l'opération interne.

Prenons par exemple l'application de l'observateur ième à l'opération interne modifième, cela donne les deux axiomes suivants :

  borneinf(v) ≤ i ≤ bornesup(v) \Rightarrow ième(modifième(v,i,e),i)=e
  borneinf(v) ≤ i ≤ bornesup(v) & borneinf(v) ≤ j ≤ bornesup(v) & i≠j 
     \Rightarrow ième(modifième(v,i,e),j)=ième(v,j)

Le premier axiome dit que lorsque l'on appelle modifième pour un vecteur v, un entier i un élément e, l'élément e se retrouve positionné dans la i ème case du vecteur v. Cela est constaté par l'observateur ième, qui appliqué à l'aide du même entier i sur le nouveau vecteur (celui créé par modifième) est égal à e.

Le deuxième axiome définit, toujours à l'aide de l'observateur ième que seul la i ème case du vecteur v est modifiée par l'élément e et que toutes les autres, référencées par l'entier ji, ont conservé les éléments qu'elles contenaient dans le vecteur v (avant changement).

Note: La définition d'un type algébrique abstrait est donc la composée d'une signature et d'un système d'axiomes qui la caractérise.

Une fois l'ensemble des axiomes établi, il faut vérifier deux choses:

  • l'absence d'axiomes contradictoires appelée consistance. Le contraire correspond au cas où l'application d'une même opération à des arguments identiques rend des valeurs différentes.
  • le fait d'avoir écrit suffisamment d'axiomes appelé complétude et qui correspond au fait de pouvoir déduire une valeur pour toute application d'un observateur à une opération interne.

Il existe des opérations qui ne sont pas décrites partout (personne n'est parfait). On les qualifie de partielles. Dans ce cas, et avant de décrire les axiomes utilisant ces opérations, il faut préciser leur domaine de définition. Ce que l'on fait à l'aide de préconditions.

Pour finir, reprenons l'exemple du vecteur et donnons sa définition complète, soit:

types
vecteur
utilise
entier, booléen, élément
opérations
vect : entier x entier \rightarrow vecteur modifième : vecteur x entier x élément \rightarrow vecteur ième : vecteur x entier \rightarrow élément estinitialisé : vecteur x entier \rightarrow booléen bornesup : Vecteur \rightarrow entier borneinf : vecteur \rightarrow entier
précondition
ième(v,i) est-défini-ssi Borneinf(v) ≤ i ≤ bornesup(v) & estinitialisé(v,i) = vrai
axiomes
borneinf(v) ≤ i ≤ bornesup(v) \Rightarrow ième(modifième(v,i,e),i)=e borneinf(v) ≤ i ≤ bornesup(v) & borneinf(v) ≤ j ≤ bornesup(v) & i≠j \Rightarrow ième(modifième(v,i,e),j) = ième(v,j)
estinitialisé(vect(i,j),k) = Faux borneinf(v) ≤ i ≤ bornesup(v) \Rightarrow estinitialisé(modifième(v,i,e),i) = Vrai borneinf(v) ≤ i ≤ bornesup(v) & borneinf(v) ≤ j ≤ bornesup(v) & i≠j \Rightarrow estinitialisé(modifième(v,i,e),j) = init(v,j)
borneinf(vect(i,j)) = i borneinf(modifième(v,i,e)) = borneinf(v)
bornesup(vect(i,j)) = j bornesup(modifième(v,i,e)) = bornesup(v)
avec vecteur v entier i,j,k élément e

La génération spontanée n'existant pas en Algorithmique, nous avons du ajouter l'opération vect qui crée un vecteur à partir de ses bornes (représentées par deux entiers). D'autre part, l'opération ième étant partielle, elle n'est en effet pas définie sur un indice auquel nous n'aurions pas précédemment affecté d'élément (à l'aide de modifième), nous avons donc dû rajouter une opération auxiliaire estinitialisé dont le seul but est de permettre l'écriture d'une précondition sur ième, autrement dit de préciser le domaine de définition de ième.

Pour conclure à l'aide de cet exemple, sur la conception et la compréhension des types algébriques abstraits, la définition du type vecteur est consistante et complète pour les raisons suivantes :

  • Il n'existe aucun axiome en contradiction avec un autre.
  • Tout vecteur est le fruit d'une opération vect et d'une série d'opérations modifième, effets constatés par estinitialisé, bornesup et borneinf dans tous les cas et par ième quand la précondition est satisfaite.

(Christophe "krisboul" Boullay)

Outils personnels
Cours d'algo EPITA :
Accès aux algorithmes :